Les relocalisations vues par Sébastien Crozier

Écrit le .

"Quand on parle de délocalisation, on pense spontanément à l'industrie, plus rarement aux services." En introduisant ainsi son propos, Sébastien Crozier pose une problématique qu'il connait bien, entre autres pour avoir dirigé une des filiales internationales du Groupe, Orange Horizon. Développement informatique, centres d'études, centres d'appels, font partie des activités pour lesquelles de nombreuses entreprises mettent en place des unités dans des pays à moindres coûts. Sébastien Crozier précise que si " En France, on a [pu faire] des centres d'appels virtuels avec des conseillers qui accueillaient des clients de chez eux," Il souligne qu’à l'étranger " faute d'infrastructures, le confinement a fait tomber les centres d'appels » : leurs salariés ne disposant pas de connexions internet suffisantes, il leur était impossible de télétravailler. La crise sanitaire a généré des prises de conscience dans les entreprises et chez les gouvernants, principalement en termes d'interdépendance économique des pays. Sébastien Crozier prévient : "A défaut de relocaliser, [il faudra] diversifier les sites de production et ne plus être dépendant d'un seul sous-traitant. S’il note que "Les états vont intervenir sans doute de façon plus importante sur certains acteurs vitaux pour la nation, et demander des (re)localisations", il rappelle que "la taille critique de certains états" ne leur permettra pas d'atteindre les seuils de rentabilité. Pour Sébastien Crozier, rien ne dit, enfin, qu'on ne reviendra pas "au monde d'avant : la question environnementale qui pèse sur les entreprises pourrait certes tendre à favoriser les circuits courts et la relocalisation, mais essentiellement dans le domaine alimentaire… Pour l'industrie, l'histoire est différente ; les cycles de décisions et les durées d'amortissement sont tels qu’il faudrait de "cinq à dix ans" entre l'intention de créer une unité de production sur le territoire national, et sa réalisation

Wébinaire de l'agence DII du 9 juin 2020